Huiles essentielles pour les enfants

Sommaire

Les huiles essentielles ont mauvaise réputation auprès des tout-petits. En effet, à cause de leurs principes (très) actifs, on les considère parfois à tort comme dangereuses.

Qu'en est-il réellement ? Faisons le point sur ces remèdes naturels, à utiliser avec précaution.

Huiles essentielles pour enfant : à partir de quel âge ?

Il est un principe à respecter : avant 36 mois, c'est-à-dire 3 ans, pas d'huiles essentielles en auto-médication.

Si vous désirez soigner votre bébé avec des plantes, prenez conseil auprès de votre pédiatre :

  • Il existe des indications thérapeutiques, comme l'huile essentielle de vanille pour les affections respiratoires ou de tilleul pour les coliques.
  • Elles sont à utiliser sous contrôle médical.

Après 36 mois, certaines huiles essentielles peuvent être utilisées en "bobologie".

Quelle huile essentielle pour quel problème ?

Quelques incontournables de votre pharmacie

Voici quelques produits à acheter pour votre trousse de premiers soins :

  • L'huile essentielle d'arbre à thé soigne les écorchures grâce à ses vertus antiseptiques. Elle est aussi utilisée pour lutter contre le rhume et les poux.
  • L'eucalyptus radié aide à soulager les voies respiratoires encombrées (attention à le choisir "radié" uniquement).
  • Le menthol et le camphre peuvent aussi être utilisés. Prenez toutefois garde, beaucoup de préparations disponibles en pharmacie ne sont utilisables qu'à partir de 6 ans.
  • La fameuse camomille aide à soulager les maux de ventre et à déstresser.

Huiles essentielles à banir

Certaines huiles essentielles restent en revanche déconseillées, voire carrément interdites, aux enfants. On peut par exemple citer l'anis, la canelle, le fenouil, la menthe, etc.

Demandez toujours conseil à votre médecin ou à votre pharmacien.

Huiles essentielles chez l'enfant : détecter les réactions

Symptômes d'une mauvaise réaction

Les premiers symptômes d'une intoxication sont neurologiques (convulsions, désorientation, déséquilibre, etc.) :

  • On peut par exemple avoir l'impression que l'enfant a ingéré de l'alcool.
  • On peut aussi constater les symptômes d'une intoxication alimentaire (maux de ventre, diarrhée, vomissements).

L'ingestion / l'inhalation n'est pas la seule à poser problème. Le contact cutané peut aussi générer des rougeurs ou des démangeaisons.

L'angélique, la ciguë, le fenouil, l'orange, le citron et la bergamote sont les produits les plus susceptibles d'irriter la peau.

Réactions aux huiles : les éviter et savoir réagir

Pour éviter une intoxication, il ne faut pas traiter sans avis médical un enfant de moins de 36 mois avec des huiles essentielles. Il faut aussi, quel que soit l'âge des enfants, toujours ranger les huiles essentielles, flacon bien fermé et hors de leur portée.

Si l'enfant présente l'un des symptômes ci-dessus, il faut consulter un médecin au plus vite :

  • Il est donc nécessaire de contacter les urgences ou le centre anti-poison de sa région.
  • Dans l'attente d'une consultation, il ne faut pas faire vomir l'enfant ou lui donner du lait (ce dernier est inefficace).
  • Amenez le flacon de l'huile essentielle en cause au médecin.

Pour approfondir :